Bye Scrambler

Voilà, ça y est. Je me décide à vendre ma belle. Merde, c’est fou comme on peut s’attacher à ce qui reste pourtant juste une machine…

Il faut dire que j’ai pris le temps de la bichonner, et de lui faire une beauté en la transformant petit à petit selon mes goûts. Je l’ai musclée au fur et à mesure, je l’ai dépouillée des éléments que je trouvais un peu patauds, et je l’ai renforcée de pièces et accessoires qui, sans en avoir l’air, allaient lui donner une sacrée gueule !

Mais rembobinons un peu. Cette Triumph Scrambler, c’était avant tout un coup de foudre pour une bécane au look rétro, mais à la technologie et à la fiabilité bien actuelles. Un modèle qui dispose toujours d’un énorme marché « after market » proposant des pièces de tous les genres, pour tous les goûts. Bref, la base idéale pour se faire un gros plaisir.

Je l’ai achetée chez Triumph94 à côté de Paris. Elle attendait sagement dans le showroom que quelqu’un vienne la délivrer. J’ai tourné autour comme un prédateur sur sa proie jusqu’à ce que le maître des lieux ne vienne me venter ses mérites.

Quelques minutes plus tard, j’étais assis dessus, prêt à mettre le contact. Le guidon avait été changé au profit d’une version plus large, typée cross, avec une barre de renfort très seventies, et le pot d’échappement dont elle était équipée était un Arrow 2:1 du plus bel effet.

Un tour de clé et le bordel avait démarré immédiatement, balançant une joyeuse pétarade à travers le pot d’échappement, lequel avait été déchicané pour l’essai (« t’es musicien, tu vas kiffer », m’avait dit le vendeur).

Ce qui me frappa tout de suite, c’est cette sonorité fabuleuse ! Oui je suis musicien. Et le son, tu vois, ça me parle. Ce son-là était vraiment sublime, à la fois puissant et sourd, comme seul un bicylindre de presque 900cm3 pouvait en balancer.

Regarde donc cette vidéo (tu peux jumper direct à la 6è minute). Ça permet de bien comparer le double pot d’origine et le Arrow 2:1 😉

https://youtu.be/xkksx9400qk

En tout cas, je me suis vite lancé sur les routes alentours…et 35 minutes plus tard, je l’avais achetée. De toutes façons les nombreuses vidéos sur Youtube que j’avais regardées m’avaient ensorcelé depuis longtemps. C’était un scrambler sinon rien.

Ramenée à la maison, je savais d’avance que j’allais rapidement lui refaire une beauté à ma sauce. Un truc qui allait davantage me ressembler. Car la version originale était certes déjà superbe, mais manquait de mordant à mon avis. Je la trouvais même limite pépère ! J’ai donc sorti mon plus beau logiciel de montage graphique et j’ai commencé à lui créer le look que je voulais sur photoshop (ci-dessous). J’ai longuement regardé les sites de vente de pièces détachées et, petit à petit, je l’ai façonnée pour qu’elle ressemble à ça.

D’abord changement des clignos, changement de la selle, position du garde boue haute, peinture noire mat sur les caches latéraux, ajout de protège-carters… Bref, de petites choses. Car le plus difficile a été de trouver un réservoir EFI d’occasion, correspondant à mes critères. Bizarrement, ça ne court pas les rues, et ça coûte donc une blinde ! J’en voulait un légèrement cabossé, style usé. Bon, ben j’ai été servi : un poc de chaque côté. Le premier assez léger au-dessus du sigle droit, l’autre plus prononcé mais sous le sigle gauche et donc, peu visible. Le combo idéal pour donner un vécu à la moto, vécu que bien sûr, elle n’avait pas.

J’ai donc acheté un réservoir blanc avec une bande centrale rouge, une édition limitée de la Thruxton du même fabricant. Je l’ai poncé. Poncé. Poncé… putain la peinture chez Triumph, ça rigole pas !!! Et le métal a fini par apparaître.

Dans le même temps, j’ai poli les sigles Triumph pour leur donner un aspect usé du plus bel effet et une fois prêt, j’ai entamé la re-peinture. Mon schéma était très simple. Laisser la majeure partie du réservoir en métal apparent, lui appliquer une cire pour le protéger des intempéries et de la rouille, et peindre une bande diagonale de 10 cm de large en noir mat, surmontée d’un liseré jaune de 2cm. A la jointure sur le haut du réservoir, ça allait donner une flèche, un truc bien dynamique.

Ce qui est amusant, c’est que bien sûr que cette moto ne passe pas inaperçue (même si le but était de me faire plaisir et pas de me faire remarquer). Mais très vite, les yeux avertis notent qu’il y a une belle différence entre le réservoir et le reste de la moto. Le réservoir donne l’impression qu’elle rentre du Paris Dakar alors que tout le reste est parfaitement neuf ! Mais bon, j’allais pas non plus poncer le cadre, les carters, et saloper une si belle bécane !

Car point important, il était hors de question pour moi de faire des modifications irréversibles. La cadre n’a pas été coupé. Tout de la partie cycle et du moteur est absolument d’origine. Tous les changements ne sont qu’esthétiques. Du coup, si un jour un nostalgique veut la remettre comme à son premier jour, il pourra le faire sans problème.

Mais pour ma part, chaque fois que je descends au garage et que la lumière s’allume sur ma version customisée, je ne peux m’empêcher de me dire : « putain qu’elle est belle comme ça ! ».

Mais revenons-en à nos moutons. Avec un peu moins de 4300 kilomètres depuis 2014, on ne peut pas dire qu’elle ait beaucoup roulé. On peut même dire qu’elle ne roule vraiment pas beaucoup. Et c’est bien dommage ! Il faut dire que je ne m’en sers que très peu. J’ai une petite fille qui a 2 ans et bizarrement, je préfère passer mon temps avec elle et sa maman plutôt que de rider tout seul ma pétrolette pétaradante sur les chemins de campagne. Et voilà qu’en plus, on se prépare un tour du monde en camping car tous les trois ! Ouais t’as bien lu. Et là, t’as compris, y a pas de place pour ma Triumph. Alors…mise en vente.

Voici le descriptif complet. Intéressé(e) ? Contacte-moi !


Triumph Scrambler EFI 2014 – 4300 km

Cette Triumph est super saine et très sympa à piloter. Avec son look de baroudeuse, elle ne demande qu’à partir pour l’aventure.

Toutes les modifications apportées (faites par Dynamic Sport Paris) ne sont qu’esthétiques. Elles sont donc réversibles. Rien de la partie cycle ou du moteur n’a été touché. Mais sur ce modèle, il existe énormément d’accessoiristes « after market » et il suffit de peu de modifications pour créer un look incroyable qui fait tourner toutes les têtes. C’est le cas de celle-ci 😉

 

Entretien à jour effectué par Dynamic Sport Paris

Tout l’historique et carnet d’entretien à jour

Double des clés

Jamais de chute

Dort dans un garage couvert et sécurisé

Visible sur Paris

Essai possible

 

Modifications :

  • Cadre gravé
  • Garde boue avant placé en position haute, type cross
  • Clignotants avant et arrière courts
  • Grille de phare avant type scrambler
  • Pneus Michelin Anakee Wild (800 km environ)
  • Guidon type cross avec barre fixe de renforcement horizontale
  • Plaque de protection moteur en aluminium
  • Protège-carter noir de chaque côté du moteur
  • Selle British Custom avec feu arrière type Lucas intégré
  • Garde boue arrière taillé de façon à disparaître totalement sous la selle tout en continuant à faire son travail de protection des éléments sensibles (batterie, faisceau électrique…)
  • Porte bagage côté gauche uniquement (le côté droit est occupé par le pot d’échappement)
  • Pot d’échappement 2:1 Arrow Triumph avec carto, et possibilité d’enlever le décibel killer afin d’avoir une sonorité absolument sublime ! Avantage : il se remet tout aussi simplement.
  • Bouchon de réservoir à clé
  • Réservoir personnalisé :
    • Acheté d’occasion, volontairement abîmé (1 poc de chaque côté) pour donner à la moto un vrai look de baroudeur
    • Poncé à la main.
    • Peint sur une bande noire de 10 cm de large, qui forme une flèche visible depuis la position de conduite, surmonté d’un discret liseré jaune de 2 cm rappelant la teinte de la sortie d’échappement cuivrée, et le logo Arrow sur le pot
    • Les deux sigles Triumph ont également été traités pour leur donner un look usé / vintage façon métal dépoli

 

Pièces d’origine vendues avec :

  • Réservoir gris et rouge absolument intact (valeur à la revente 500 €)
  • Feux arrière et clignotants arrière
  • Clignotants avant

 

Et en cadeau :

  • 2 rétroviseurs courts rectangulaires (ne me convenaient finalement pas)
  • Sacoche Iron & Resin étanche et pratique, en parfait état (valeur 300€)
  • Le U grand format

Contacte-moi si cette moto t’intéresse. Elle est visible chez Dynamic Sport à Paris 75002 et est vendue avec une garantie de 6 mois.

PRIX : 9990 €

Y en aura pas pour tout le monde…

Laisser un commentaire