Road Trip en Amérique latine

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Il y a ceux qui rêvent leur vie…et les courageux, ceux qui vivent leurs rêves. Etienne fait assurément partie de ceux-là. Il retape des bécanes d’une époque où le style était encore empreint d’un certain romantisme, et leur redonne la capacité à assurer leur vocation première : emmener le motard vers d’autres destinations. Et comme pour aller au bout des choses, il s’en va, au guidon de celle qui lui semble la plus appropriée, au bout du monde, au bout de lui-même, en solitaire. Son road trip à travers l’Amérique latine ressemble à un voyage initiatique où chaque jour apporte de l’eau au moulin de la grandeur d’âme. Témoignage :

« Voyager rend finalement optimiste sur l’humanité. Toutes celles et ceux qui ont voyagé au long cours vous le diront.

Sans être un bisounours et à la condition de s’intéresser aux gens de rencontre, on peut faire mentir les images que nous renvoient les médias, que les sociétés privées de sécurité attisent, qui nous renvoient seulement que la violence est omniprésente. Vous connaissez un journal, une radio qui donnerait uniquement un vision optimiste de ce qui se fait de beau et de bien au jour le jour ? Non, ça n’existe pas.

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Voyager c’est prendre des leçons d’humanité, voyager rend modeste et voyager rend fort, c’est aussi être confronté à ses propres forces et à ses faiblesses, c’est assurément la meilleure école à fréquenter.

Comment un tel projet nait, prend forme et devient vital ? Il y a autant de réponses différentes que de personnes qui ont mené de tels projets, je suppose.

Mon projet est né il y a bien longtemps, quand mon travail m’a amené à faire mon métier dans différents pays européens, asiatiques ou en Amérique Centrale. Etre seul dans une culture différente, livré à soi-même, avoir pour seule ressource sa capacité d’adaptation et travailler avec  mes homologues Vietnamiens, Mexicains, Indonésiens, Allemands ou Anglais, Néerlandais ou Grecs, Espagnols ou Italiens. Vivre le changement autrement qu’en touriste. Partager le quotidien. S’interroger.

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Et puis il y a la moto, tardivement pour moi. Un hobby : rénover des motos anciennes, les rendre telles que lorsqu’elles sortaient de l’usine.

Il y a enfin le temps disponible, la retraite.

Du temps pour bouger, une moto ancienne que l’on connaît par cœur pour l’avoir rénovée et une attirance particulière pour l’Amérique latine, les ingrédients sont enfin réunis.

D’autres l’ont fait avant moi, jusqu’au Che, au sortir de ses études, qui y a développé sa conscience politique.

Un voyage comme ça se prépare, on fiabilise la moto et le bonhomme se cultive sur les pays traversés. Il fait son budget, serré, et il emporte l’adhésion de ceux qui l’aiment et qui le laisseront partir vers l’inconnu.

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Tu tailles la route, chaque jour est différent des autres, l’impression de vivre une liberté sans limites.

On peut se préparer au pire, on ne se prépare jamais au meilleur. Et c’est souvent le meilleur qui t’attends, quand tu ne t’y attends pas.

Les sourires de ceux que tu croises, leur curiosité pour ce vieux fou sur sa drôle de moto, seul, parti de Mexico pour atteindre la ville rêvée : Valparaiso. Le monde vient à toi tel qu’il est. Leur histoire qu’ils te dévoilent est unique.

Ce gardien de parking au Guatemala qui m’explique qu’il ne peut plus faire de moto : la guerre civile lui a laissé une prothèse de hanche et 5 balles dans le corps.

Le garagiste à Pasto (Colombie) qui me raconte, les larmes aux yeux, avoir reçu une lettre de ce japonais qui faisait la même route que moi à vélo et qu’il avait hébergé.

L’infirmier décontracté au Pérou qui me dit en souriant «  la Ceviche n’est pas faite pour vous, les blancs ».

Cette Péruvienne à qui je demandais ma route et qui, apprenant d’où je viens, me dit qu’elle va prier pour moi.

Ce jeune paysan dans la Cordillère des Andes qui me dit : « Nous on naît ici, on travaille ici et on meurt ici. On ne connaît rien du Monde ».

Ce couple de jeune français, à Quito, qui travaille dur six mois de l’année pour voyager les six autres mois.

Marvin, au Panama, qui décide de m’appeler « El Renegado » et Pépé, le fou du village, qui m’apprend tout sur les Tarentules.

La fusillade au fusil à pompe devant mon hôtel au Salvador et cette jeune serveuse au Guatemala qui rêve de passer aux Etats-Unis à n’importe quel prix.

Et puis ce vieil américain, dans le Chiapas, qui est curieux de connaître mes motivations pour avoir entrepris un tel voyage et qui me dit en conclusion « vous devez avoir une famille formidable ».

Ta moto a été fidèle. Elle ne t’a pas lâché en route, elle est devenue ta complice, avec sa propre personnalité. Tu avais le projet de la vendre en fin de voyage, au Chili ou en Argentine, mais elle est rentrée par bateau, un long périple depuis Valparaiso jusqu’à Anvers. Ton détachement sentimental pour la chose matérielle en a pris un coup.

Elle est là, dans ton garage, prête à repartir et semble dire : le plus beau des voyages est encore celui que l’on n’a pas encore fait. »

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Roadtrip BMW R50/2 Etienne Motorcycle

Etienne a tenu un blog au jour le jour, passionnant, vibrant, intense qu’ExcuseMyBike ne peut que chaudement recommander !

Et, comme une promesse d’en reparler bientôt, Etienne préparerait un roadtrip en dehors des sentiers battus du côté de Cuba. Nous, on suivra ça de très près.

Liens vers les motos d’Etienne et son blog :

www.etienne-motorcycle.com

http://www.etienne-motorcycle.com/A_latelier/Road_trip/Entrees/2014/7/23_Le_depart.html

LogoNoirBlanc

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on Pinterest

2 commentaires entre amis “Road Trip en Amérique latine

  1. Etienne est un pote. On avait un peu parlé de ce projet, qu’il méditait depuis pas mal de temps. Son idée première était de réaliser un tour du monde, mais les conditions n’étaient pas réunies, et il s’est « rabattu » sur l’Amérique du sud. Etienne est un mec humble et authentique. Il a fait 10000 bornes en 3 mois sur une BMW des années 50, mais ne comptez pas sur lui pour s’en vanter. S’il témoigne, c’est pour partager ce qu’il a vécu, et son but c’étaient les rencontres davantage que la performance, même s’il a parfois galéré sur une moto surchargée. Un bel exploit réalisé par un type qui a pour lui une grande ténacité et un souci du détail dans la préparation qui lui a évité le gros pépin. Ajoutons qu’Etienne a passé son permis moto à cinquante piges passées, et ça vous donnera une idée du bonhomme.

Laisser un commentaire