Bye Scrambler

Voilà, ça y est. Je me décide à vendre ma belle. Merde, c’est fou comme on peut s’attacher à ce qui reste pourtant juste une machine…

Il faut dire que j’ai pris le temps de la bichonner, et de lui faire une beauté en la transformant petit à petit selon mes goûts. Je l’ai musclée au fur et à mesure, je l’ai dépouillée des éléments que je trouvais un peu patauds, et je l’ai renforcée de pièces et accessoires qui, sans en avoir l’air, allaient lui donner une sacrée gueule !

Lire la suite.

/ 0 COM

Adieu pigeons

Triumph Scrambler Excuse My Bike

La ville, c’est vraiment de la balle. Si, c’est super.

Bon ok, on va pas se mentir… c’est pas non plus mortellement dingue. Mais j’ai fini par trouver la solution (attention scoop digne de BFM TV). En gros, pour l’apprécier cette ville, faut la quitter. Alors apprécions-la ! Mettons-lui un vent à cette putain de cité dégénérée, agitée, surpeuplée, embouteillée, scooterisée, uberisée. Tournons-lui le pneu, passons la première et tirons-nous plein gaz, le doigt levé !

Lire la suite.

/ 0 COM

Morning Ride

Triumph-Scrambler-Paris-ExcuseMyBike

« Rendez-vous demain matin à 6h30 aux jardins du Trocadero ». C’est en ces termes qu’un grand gaillard à la moustache impériale, accompagné d’une jeune femme brune au sourire malicieux, m’a interpellé lors de la soirée Vintage Rides à Paris. J’ai sourit et n’ai pas imaginé une seule seconde pouvoir me lever aux aurores parisiennes pour aller répandre le bruit de ma joyeuse pétrolette dans les rues endormies. Pourtant, le lendemain vers 5h30, impossible de retrouver le sommeil. Lire la suite.

/ 5 COM

I’m a Joker

12622092_987608931284695_1210722778613805491_o

Joker, c’est le nom de ce magnifique Scrambler. Et en effet, en un coup d’oeil on comprend le côté joueur de l’engin, souligné par les trois couleurs sur le réservoir dont le dessin me fait penser à un style bouffon-du-Roi, mais dans une version noble. A moins que ce ne soit son propriétaire le blagueur ? C’est que Julien (l’heureux propriétaire donc) nous envoie un message clair : les meilleures blagues sont les plus courtes. Alors pour le choix de ses préparations, il n’y va pas par quatre chemins.

Lire la suite.

/ 0 COM